PS : Je vous emmerde

Sortir son stylo. Non, je ne dessine pas. Ce n’est pas au crayon que je m’exprime, mais à la plume. Sortir de soi-même et écrire parce que c’est la guerre et que la plume est une arme d’instruction massive.

Ecrire pour être. Ecrire pour panser mais surtout pour penser. Parce que sans pensée, il n’y aurait pas de liberté.

Lire la suite...

Eloge de la décence

Ce temps ou plane sur les têtes politiques l’ombre “des marchés”, entité protéiforme qui se nourrit en multipliant la richesse des peuples (principe intéressant si ladite richesse était la même que celle qui permet de nourrir les peuples) masquerait presque la perversité de sa dictature du chiffre qui gangrène jusqu’à la presse.
Jusqu’où peut-on aller pour faire de l’audience, pour un “scoop”, même éphèmère ?

Lire la suite...

Le droit de partir

La voilà qui revient dans le débat, l’euthanasie – et avec elle, le suicide assisté – parce qu’un médecin a conjugué le verbe compatir comme auxiliaire du verbe tuer. C’est normal qu’on en reparle ; elle est de ces sujets qui intéressent chacun, ne serait-ce que parce que chacun espère ne jamais avoir à s’y intéresser (cette phrase marche aussi dans l’autre sens).

Lire la suite...

[Livre] Ocean’s Songs

Il a les yeux bleus et le regard qui a vu Neptune en face. Il a la couenne burinée et la malléabilité du granit Armoricain qui l’a vu naître. S’il n’avait une grande gueule, il serait un cliché vivant, mais c’est un Breton au lait entier qui l’ouvre quand il pense. On dit alors de lui que c’est “un personnage”, […]

Lire la suite...
1 2